Par Natasha Friedman

Est-ce que vous et votre pratique spirituelle traversez une période difficile? Vous sentez-vous que vous avez cessé de progresser ou que vous êtes même en train de revenir en arrière? L’objectif semble incroyablement lointain et votre réalité actuelle est trop perturbée pour être capable de vivre avec?
Cela arrive à chaque pratiquant tôt ou tard. La mauvaise nouvelle est qu’il n’y a vraiment aucun moyen de s’en sortir.
La bonne nouvelle: ce n’est pas une si mauvaise chose.
Même si vous avez l’impression que votre pratique de méditation s’est auto-détruite, faire face à de nombreux obstacles intérieurs peut en réalité être le signe d’une profonde transformation. Si vous rencontrez l’un de ces quatre défis, cela signifie peut-être que vous faites de réels progrès.

1. Vous vous sentez frustré

Sahajananda a dit un jour que ce qui apparait comme une frustration pour la personne liée à l’ego, apparait comme désir au mystique. Souvent, nous prenons la frustration comme un signe d’échec. Nous décidons que nous sommes mauvais en méditation, que nous ne sommes pas faits pour la pratique spirituelle, que quelque chose ne va pas ou que nous nous heurtons à un mur que nous ne pouvons pas dépasser.

La prochaine fois que vous vous sentez frustré par votre méditation, approfondissez ce sentiment et voyez ce sur quoi il se dirige.

Un sentiment d’impuissance, d’incomplétude. Un désir ardent pour quelque chose qui vous échappe. Une conviction qu’aucun de vos efforts personnels n’est adéquat.

Ce n’est rien d’autre qu’un désir ardent du Divin.

Tôt ou tard, le chemin spirituel vous mènera au-delà de «où» vous pouvez aller par vos propres efforts, au-delà de ce qu’un individu peut accomplir dans le domaine de la relativité. C’est le point de la vraie capitulation, d’abandon de soi-même.

Comme le disait Sahaja, sur ce chemin, il n’y a pas de mur qui n’a pas de porte.

Donc, quand vous êtes frustré, restez avec ça! Abandonnez les histoires sur ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire et laissez l’intensité de l’émotion s’ouvrir au désir d’union avec le Bien-aimé.

2. Vous remarquez tout, surtout ce qui n’est pas si flatteur

Après une récente retraite, j’ai soudainement remarqué que j’avais beaucoup de négativités.

J’étais vive et impatiente. J’étais plein de ressentiment, jalouse des autres et convaincue de ma propre insuffisance. Je me fâchais contre mon partenaire pour des choses insignifiantes et tombais facilement dans la dépression quand quelque chose n’allait pas.

Je me sentais comme une fraude totale. Qu’est-ce que je faisais en vivant dans un centre spirituel et en pratiquant si intensément, tout en agissant comme une idiote égoïste la plupart du temps? Où étaient passés tous mes progrès?

Ce que j’étais réellement (et suis) est humaine.

Aucune de ces failles n’est nouvelle. Quand je regarde de plus près, tous ces comportements sont bien trop familiers. Je n’avais simplement pas la conscience de les percevoir, ni la maturité de travailler avec eux.

Finalement, rien ne peut être balayé sous le tapis. À certains moments, lorsque vous n’avez pas assez de recul pour travailler avec eux, les émotions difficiles et les négativités peuvent être supprimées. Vous pouvez progresser vers le haut – en développant vos meilleures qualités et en atteignant des états de conscience plus élevés – sans vraiment affronter les niveaux inférieurs de la personnalité.

Une fois que vous avez atteint un certain niveau, vous avez suffisamment de conscience pour laisser de la place à vos tendances négatives, pour les voir sans les suivre ni s’identifier à elles. C’est à ce stade que vous pouvez vous regarder avec une honnêteté radicale et dire: «Waouh, il y a beaucoup de colère ici.»

C’est un énorme pas en avant, que ce soit de rage en colère ou de penser: «Oh non, je suis une personne en colère et je ne devrais pas me sentir comme ça. »

Maintenant, vous avez le choix de vraiment commencer à travailler avec les parties de vous-même avec lesquelles vous n’êtes pas à l’aise, ou de les observer et de les laisser être. Le fait que vous puissiez les voir plus clairement est un signe que vous êtes prêt.

3. Plus rien n’a de sens

Vous sentez-vous comme d’habitude mais tout le reste du monde est un peu étrange? Ou comme si tout votre réalité était complètement fausse?

Ne vous inquiétez pas, c’est bon signe.

Le monde dans lequel la plupart d’entre nous vivont est faux. C’est un monde de dualité, de séparation et de dissimulation, où nous sommes déconnectés de la vraie nature de notre existence. Pour résumer, c’est un monde de souffrance.

La première noble vérité du bouddhisme, fondement de la pratique bouddhiste, est tout simplement dukkha, la vérité de la souffrance.

La différence entre un aspirant spirituel et une personne «ordinaire» est de réaliser cette vérité, de voir le samsara pour ce qu’il est. Avec cette vision vient l’impulsion d’échapper au cycle de la souffrance et de se connecter à la réalité.

Avant de nous en rendre compte, nous cherchons la satisfaction dans l’illusion, sans comprendre que le seul bonheur durable soit celui de la dépasser. Nous pouvons appeler cela libération, réalisation de soi, réalisation du cœur spirituel, illumination, salut, ou n’importe quel nombre d’autres termes.

Mais revenons à la raison pour laquelle vous vous sentez bizarre après avoir pratiqué le yoga pendant un certain temps.
Jusqu’à ce que votre pratique spirituelle atteigne une certaine profondeur, vous êtes toujours fondamentalement synchronisé avec le monde matériel. Vous voulez plus ou moins ce que les gens autour de vous veulent, et les structures de la vie quotidienne semblent plus ou moins normales.

Une fois que vous commencez à vous approcher de Vérité, vous remarquerez peut-être que la plupart de ces structures sont construites sur une illusion. Qu’elles soient subtiles ou évidentes, elles maintiennent les paradigmes de la lutte, de la séparation et de l’individualité.

Donc, ne soyez pas surpris ni inquiet si vous vous retrouvez en train de remettre en question ce en quoi vous avez toujours cru.

À ce stade, il est également important de rappeler que chacun est à une étape différente de son évolution spirituelle. Ce qui vous semble évident maintenant n’est tout simplement pas visible pour les personnes qui ne se trouvent pas au même stade. Et ce n’est pas grave: tout ce qu’ils font est exactement ce qu’ils sont censés faire en ce moment.

Vous voulez peut-être prendre vos amis et vos collègues de travail, les secouer et leur crier au visage: « Ne réalisez-vous pas que notre nature essentielle est Amour? »

Au lieu de cela, soyez simplement compatissant envers eux tels qu’ils sont. Aimez-les sans vous attendre à ce qu’ils changent. Aimez le monde entier et travaillez à vous améliorer sans rien attendre de lui. (Plus facile à dire qu’à faire, je sais.)

Et soyez compatissant envers vous-même, à la graine de la sagesse qui s’ouvre dans votre cœur. N’essayez pas de vous forcer à revenir dans une vie qui ne vous convient plus. Continuez à poser des questions, et chaque fois que vous sentez que vous ne comprenez rien, regardez à l’intérieur. Il y a un endroit calme à l’intérieur de vous où toutes les réponses attendent.

4.Votre pratique n’est « tout simplement pas comme avant »

Une pratique de méditation change et évolue constamment. Parfois, il est facile de glisser sans effort dans un état profond. C’est un pur bonheur et vous ne pouvez pas imaginer que ce sera jamais autrement.

Parfois, ce n’est pas du tout comme ça. Il y a lutte et frustration, l’esprit devient fou, les pensées viennent trop vite et trop fort. Ou bien votre motivation est partie: il n’y a pas d’inspiration, pas d’énergie, pas de spanda.

Un esprit axé sur les résultats, pris au piège du sens du devoir, pense naturellement qu’une « bonne » méditation est un succès et qu’une « mauvaise » méditation est un échec.

L’astuce consiste à dépasser cet attachement au succès. Une partie de la maturité spirituelle consiste à se détacher des fruits de votre propre pratique. Cela signifie à la fois accepter le fait que, finalement, vous n’êtes pas responsable de votre expérience de méditation – vous créez simplement les meilleures conditions possibles pour que la vérité se révèle – et vous vous libérez du besoin de vous sentir bien pendant votre pratique.

Sans cette maturité, la méditation devient simplement un moyen de s’oublier ou de rechercher des experiences spirituelles impermanentes.

Dans la tradition juive, un psaume comprend la phrase suivante: «Déclarez votre bonté de cœur (chasdecha) le matin et votre fidélité le soir (emuna)».
Vous pouvez interpréter cela comme faisant référence à ces deux pôles de la pratique spirituelle. Le «matin», lorsque vous êtes ouvert et que tout vient facilement, votre travail consiste à s’ouvrir à cette Grâce, à vous réjouir et à être reconnaissant pour ce que vous recevez. Le soir, quand la lumière a disparu et que vous ne pouvez même pas sentir ce vers quoi vous tendez, c’est le moment de la foi.

C’est le véritable test de votre pratique spirituelle: non pas quelle hauteur vous pouvez atteindre quand tout est facile, mais à quel point vos réalisations peuvent vous soutenir même lorsque vous êtes coupé de l’expérience directe. Votre persistance simple montre votre authenticité et la profondeur de votre pratique.

Alors continuez. Consacrez vos méditations, faites de votre mieux pour créer les bonnes conditions, puis lâchez-vous. Lorsque votre méditation est terminée, rendez grâce pour votre pratique et consacrez-la au profit de tous les êtres – peu importe ce que vous avez ressenti pendant cette méditation.

Enfin, rappelez-vous que la nuit est la plus sombre juste avant l’aube. Si vous vous sentez bloqué, confus ou si tout s’effondre autour de vous, souvenez-vous que ce ne sera pas pour toujours. Un nouveau niveau de réalisation pourrait être imminent.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.