« Oh, mon Dieu! Comment restes-tu si calme ?! Je serais tellement pris de panique si j’étais toi! » dit un de mes amis, pas très rassurant…» 

Je suis sur une île tropicale paradisiaque à environ 6000 km de chez moi et je ne peux pas marcher correctement à cause d’une grave piqûre d’oursin sur la plante du pied gauche. En quelque sorte, j’ai réussi (à cause d’une erreur de présence… euh… de présence et de pleine conscience) à laisser ma seule carte bancaire restante dans un guichet automatique, qui l’a avalée en entier.

Bien que ce scénario puisse être le pire cauchemar de tous les nouveaux voyageurs, cinq années de voyage à plein temps m’ont préparé à de nombreux pièges potentiels.

Malgré la situation, je ne ressens que du calme, de la détente et de l’optimisme.

Et tout ce que je peux penser, c’est «Waouh, Dieu merci pour ma pratique de méditation. J’ai parcouru un long chemin! » .

Les bienfaits de la méditation

Des centaines d’articles sur Internet parlent des bienfaits de la méditation. Celles-ci incluent des études scientifiques qui ont démontré que cela réduit la pression artérielle, facilite le sommeil et améliore le système immunitaire.

Les avantages mentaux sont également assez bien connus. Une pratique régulière peut aider à réduire l’anxiété, à réduire le stress et à créer plus de calme et de clarté dans nos vies. Il y a bien sûr aussi une composante spirituelle. Au fil du temps, nous apprenons à nous reconnecter à nous-mêmes et à une présence plus profonde, plus large et plus globale.

Mais comment une personne qui pratique depuis un moment remarque-t-elle les avantages de la méditation dans sa vie de tous les jours?

En contemplant la récente rencontre entre la petite créature noire hérissée de la mer et la plante de mon pied, je me suis rendu compte à quel point j’abordais différemment les événements de la vie.

Ne dramatisez pas! Lâcher prise du «Et si…»

Le dos d’un de mes t-shirt Hridaya Yoga préféré indique «Ne dramatisez pas». C’est un rappel – si nous en avons besoin – des histoires que le mental aime inventer. Il nous demande de prendre conscience de la manière dont nous donnons un sens aux événements de notre vie.

Après mon accrochage avec l’oursin, j’ai vu mon esprit vouloir se précipiter pour concocter les scénarios les plus terrifiants imaginables.

«Et si l’ont ne peut pas sortir les aiguilles? Ou alors, si mon pied est infecté? » est rapidement devenu « Et si je ne marchais plus jamais? Peut-être faudra-t-il l’amputer! Waaaaaaaah!» 

Sahajananda, le fondateur de Hridaya, dirait que ce sont des projections de pensée inutiles.

Je suis doublement reconnaissant du fait que ma pratique de la méditation m’ait permis de simplement assister aux ridicules sauts acrobatiques que mon mental fait et de passer à autre chose sans me laisser entraîner dans les montagnes russes des émotions.

De même, lorsque je soigne une blessure émotionnelle – par exemple, un amoureux qui n’a pas appelé ou une brouille avec un membre de ma famille – je peux me lancer tout droit dans une histoire. Souvent, cette histoire tente de montrer à quel point quelque chose ne va pas chez moi.

Mais, après avoir été piqué par un oursin, mon esprit est resté relativement libre de tout drame et de toute victimisation. J’ai choisi de ne pas interpréter les événements dans le sens où «l’univers me donne une leçon» ou que je suis stupide, malchanceuse, sans valeur ou tout simplement pas assez bien.

Je n’ai pas non plus utilisé cela comme une excuse pour diminuer la façon dont j’ai décidé d’aborder le présent. J’ai continué à enseigner le yoga Hridaya trois fois par semaine (quoique assise sur un tapis la plupart du temps), avec un cri de ralliement: «La piqûre a affecté mon pied – pas mon cœur spirituel!» 

Accepter ce qui est — dire au revoir aux “si seulement…”

Il m’est impossible de compter le nombre de fois où mon mental a inutilement été chercher les visages laids des fantômes du passé pour essayer de réparer le présent de façon rétroactive. «Si seulement je n’avais pas fait ça, alors peut-être que le présent serait meilleur.»  Nous passons notre vie à essayer d’éviter la douleur et à aller vers le plaisir. Comme le Bouddha l’a fait remarquer à juste titre, c’est la cause de nos souffrances.

Une grande partie de notre activité mentale peut être une résistance à ce qui est.

Mais la méditation est avant tout un engagement envers la réalité.

Oui, ma pratique me conduit parfois à de plus grands sentiments de paix et de bonheur. Mais, à cet égard, une pratique de méditation peut également être utilisée à mauvais escient, pour nous permettre d’éviter la douleur – de la même manière que nous pourrions chercher refuge dans une part supplémentaire de gâteau ou dans une virée shopping.

Lorsqu’elle est pratiquée correctement, l’un des avantages de la méditation est l’espace qu’il procure dans lequel nous pouvons rester assis avec nos incertitudes, notre malaise et notre douleur.

Je remarque que j’ai développé la résilience émotionnelle nécessaire pour rester assis avec ce qui est. Plus je peux faire cela, moins je ressens le besoin de me calmer ou de me retenir. Je peux simplement (mais pas toujours facilement) sentir ce qui est vivant pour moi, en être témoin et le laisser passer à travers moi. Au fil du temps, cette pratique puissante m’a amené à me sentir plus légère, plus lumineuse et plus tolérante.

Amour bienveillant

Une piqûre qui m’a obligé à me bander le pied deux semaines avant la fin d’une formation d’enseignants en danse de six semaines n’était pas idéal. Et laisser ma seule carte bancaire dans un guichet automatique non plus. Auparavant, je me serais impitoyablement blâmé pour de telles actions et rajouté une grosse cuillerée de culpabilité pour faire bonne mesure.

metta amour bienveillant

Mais, cependant, si ma pratique m’a donné autre chose, c’est la capacité d’observer cet esprit critique et de choisir une réponse différente.

Au lieu de cela, cette fois, j’ai fait ce que nous devrions tous faire. Tout le temps.

Je me suis pardonné d’être humaine.

J’apprends que plus je peux être compatissante et moins critique, plus je suis capable de ne pas juger et d’être plus compatissante envers les autres.

Comme le dit Matt Kahn, un enseignant moderne de la non-dualité, «Si tout ce qui arrivait devait vous arriver, peu importe ce que vous faisait, agiriez-vous différemment? Aborderiez-vous la vie différemment? Vous aimeriez-vous différemment? » 

La liberté est à moi

Dans les grands enseignements sanskrits, moksha (la liberté) est la libération ultime de la souffrance. Pour nous, humains qui traversons la vie, la plus grande liberté que nous puissions nous donner est peut-être de reconnaître véritablement ce que nous pouvons contrôler et ce que nous ne pouvons pas. Les médias, la météo, les événements, les gens, le prochain tweet de Donald Drumpf – tout ce qui est en dehors de nous est à peu près hors de notre mandat. Que nous croyions avoir la liberté de façonner consciemment le cours de nos vies ou que nos vies aient été prédestinées par la grande main du destin, il y a une chose que nous avons toujours le pouvoir de faire: choisir notre réponse. Avec cela vient une grande liberté et la retour de notre énergie et puissance.

Merci, mon petit ami épineux!

Autrefois, les lunettes à travers lesquelles je regardais le monde auraient été sombre. Me faire piquer par un oursin et perdre ma carte bancaire dans la même journée m’aurait fait basculer dans le mode inquiétude, anxiété, peur, panique et mode «pauvre de moi»! J’aurais probablement renforcé mon isolement car je n’aurais certainement pas su comment demander de l’aide.

Cette fois-ci, j’ai observé ces événements (ma nouvelle carte a fait son chemin à travers le Royaume-Uni, l’Australie et Bali au cours du mois et mon pied a finalement guéri après 3 semaines de traitements et d’une opération mineure – ouch!) sans me faire ressentir plus qu’un sentiment d’amusement légèrement détaché. J’ai dû choisir une réponse et une pratique très différentes: miser sur de nouveaux amis, demander de l’aide et recevoir de l’aide (des compétences de l’école de la vie qui m’ont pas toujours été facile). J’ai été époustouflée de gratitude et d’appréciation pour la beauté, la communauté et les connexions qui ont été créées à la suite de ces incidents. J’étais presque reconnaissant à l’oursin de mer de m’avoir piqué en premier lieu!

Et, c’est peut-être le plus grand avantage qu’une pratique de méditation régulière peut offrir.

Finalement, à mesure que les lunettes à travers nous voyons le monde se dépoussièrent et se débarrassent de la crasse et la suie d’anciens comportements et souffrances émotionnelles, nous arrivons à rester dans l’instant présent et à interagir avec plus de confiance, de compassion, d’amour, de clarté et de calme. À mesure que nous changeons, nous voyons comment le monde change avec nous.

Par Dominique Didinal

Vous pouvez découvrir par vous-même les bienfaits de la méditation en joignant notre méditation quotidienne, gratuite et ouverte à tous, ou plonger en profondeur dans votre véritable nature en joignant l’un de nos programmes résidentiels:
3 jours d’initiation à la méditation
7 jours de retraite silencieuse
10 jours de retraite de méditation (en anglais)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.