À l’âge de 16 ans, alors qu’Il n’était même pas conscient du fait que « C’est la pratique spirituelle de la quête du Soi qui confère directement l’expérience du Soi », Sri Ramana s’est lancé, sans intention préalable, dans cette pratique spirituelle rare! Ce jour-là, comme s’il était sur le point de mourir, une grande peur de la mort le prit tout d’un coup. À cause de cela, une impulsion à scruter la mort surgit également spontanément en Lui. Il n’était pas si dérangé par la mort imminente qu’il aurait souhaité en informer les autres. Il décida de l’accueillir calmement et de résoudre le problème tout seul. Il se coucha, étirant ses membres comme un cadavre, et commença à scruter la mort, face à face.

L’Enquête de Sri Ramana Maharshi comme raconté dans ‘Le chemin de Sri Ramana’

« Très bien, la mort est venue! Qu’est-ce que la mort? Qu’est-ce qui se meurt? C’est ce corps qui meurt; laissez-le mourir! » En décidant ainsi, en fermant les lèvres hermétiquement et en demeurant sans souffle ni parole comme un cadavre, ce que je savais alors que j’examinais à l’intérieur était: « Ce corps est mort. Maintenant, il sera emmené sur le lieu de crémation et brûlé; il deviendra des cendres. D’accord, mais avec la destruction de ce corps, suis-je aussi détruit? Suis-je vraiment ce corps?

Bien que ce corps repose comme un cadavre sans voix et sans souffle, je suis sans aucun doute existant, insensible à cette mort! Mon existence brille clairement et sans obstruction! Donc, ce corps périssable n’est pas «je»! Je suis vraiment l’immortel ‘JE’ (le SOI)! De toutes choses, je suis la seule réalité! Ce corps est soumis à la mort; mais moi qui transcende le corps, je vis éternellement! » Même la mort qui est arrivée sur le corps n’a pas pu me toucher!

Ainsi, la réalité de sa vraie nature se révela et avec elle disparut la peur de la mort qui s’était d’abord manifestée pour ne plus jamais réapparaître! Tout cela avait été vécu en une fraction de seconde en tant que connaissance directe et non en tant que simple raisonnement. Depuis lors, la conscience de mon existence transcendant le corps n’a jamais cessé de rester la même. « ( » Le chemin de Sri Ramana « , première partie, chapitre 8 – Sadhu Om)

L’éveil de Ramana Maharshi comme raconté dans ‘Ramana Maharshi: Sa vie’

« Un jour, je m’étais assis seul au premier étage de la maison de mon oncle. J’étais dans en bonne santé. Je tombais rarement malade. J’avais le sommeil lourd. … Donc, ce jour-là, assis seul, il n’y avait aucun problème de santé. Mais une peur soudaine et sans équivoque de la mort me saisit. Je sentais que j’allais mourir.

Pourquoi j’aurais dû sentir cela ne peut maintenant pas être expliqué par quoi que ce soit ressenti dans mon corps. Je ne pouvais pas non plus me l’expliquer à ce moment-là. Je ne me suis toutefois pas préoccupé de savoir si la peur était bien fondée. Je me suis dit «j’allais mourir» et j’ai immédiatement commencé à réfléchir à ce que je devais faire. Je ne me souciais pas de consulter des médecins, des aînés ou même des amis. Je sentais que je devais résoudre le problème moi-même à ce moment-là.

Le choc de la peur de la mort m’a rendu à la fois introspectif ou «introverti».
Je me suis dit mentalement, c’est-à-dire sans prononcer les mots: «Maintenant, la mort est venue. Qu’est-ce que cela veut dire? Qu’est-ce qui se meurt? Ce corps meurt. ’

J’ai immédiatement dramatisé la scène de la mort. J’ai étendu mes membres et les ai tenus rigides comme si la rigor-mortis était arrivée. J’ai imité un cadavre pour donner un air de réalité à mon enquête. Je retins mon souffle et gardai la bouche fermée, pressant les lèvres pour ne laisser aucun son s’échapper. Ne laissez pas le mot «je» ni aucun autre mot être prononcé!

«Eh bien, me suis-je dit, ce corps est mort. Il sera transporté sur le lieu de crémation et y sera brûlé et réduit en cendres. Mais avec la mort de ce corps, suis-je «mort»? Le corps est-il «je»? Ce corps est silencieux et inerte. Mais je sens toute la force de ma personnalité et même le son «Je» en moi, indépendamment du corps. Donc, je suis un esprit, une chose qui transcende le corps. Le corps matériel meurt, mais l’esprit qui le transcende ne peut être touché par la mort. Je suis donc l’esprit sans mort.

Tout ceci n’était pas un simple processus intellectuel, mais jaillissait devant moi comme une vérité vivante, que j’ai perçu immédiatement, presque sans aucun argument. ‘Je’ était quelque chose de très réel, la seule chose réelle dans cet état, et toute l’activité consciente qui était liée à mon corps était centrée sur cela.

Le «Je» ou mon «Soi» retenait l’attention par une puissante fascination, à partir de ce moment. La peur de la mort avait disparu une fois pour toutes. L’absorption dans le Soi a continué à partir de ce moment là. D’autres pensées vont et viennent comme les différentes notes d’un musicien, mais le ‘je’ continue comme une note de base ou le sruti fondamental qui accompagne et se fond avec toutes les autres notes.

Que le corps soit engagé dans la conversation, la lecture ou toute autre chose, j’étais toujours centré sur «Je». (De «Ramana Maharshi: Sa vie» – Gabriele Ebert)

Vous pouvez découvrir la pratique de la Quête de Soi comme conseillée par Sri Ramana Maharshi en joignant une de nos retraites de méditation de 3 jours ou de nos retraites de méditation de 7 jours.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.