Par Sean O’Donnell

Ce que les gens me demandent régulièrement depuis que j’ai changé de carrière (plus précisément, depuis que j’ai abandonné mon concept traditionnel de carrière) et commencé à fréquenter les jardins de permaculture, les marchés de producteurs et les communautés de yoga, est : «Prévoyez-vous d’utiliser de nouveau votre diplôme?» . C’est une question chargée. À chaque fois, sans hésiter, ma réponse a été la même: «J’utilise mon diplôme tous les jours.»

Vous voyez, à un moment donné de ma vie, j’ai réussi à obtenir une licence en sciences, en génie électrique. Beaucoup de gens que je rencontre croient que mon parcours de vie est allé dans une direction opposée à celle où il se trouvait. Ils semblent penser que j’ai beaucoup d’énergie dans un chemin pour juste choisir de tout jeter et de recommencer par un autre. Comme au niveau universitaire, l’esprit rationnel est fortement cultivé, beaucoup de personnes ayant des antécédents professionnels similaires sont tellement mariées à la compréhension et à la description du monde physique qu’elles sont sceptiques face à tout ce qui peut être au delà de ce qui peut être vu, touché et mesuré avec des méthodes scientifiques ordinaires.

Je me sens généralement obligé d’expliquer à ces collègues que je ne suis pas allé à l’école pour devenir ingénieur électricien, mais pour apprendre à apprendre. C’est ma vraie passion, ma vraie vocation et mon vrai travail. Dans ce contexte, j’utilise mon diplôme tous les jours. Albert Einstein a déclaré: “Une fois que vous arrêtez d’apprendre, vous commencez à mourir.” Alors, il serait peut-être plus exact de dire que je suis allé à l’école pour apprendre à vivre. Comprendre les principes les plus fondamentaux de l’électronique m’a donné une impression d’émerveillement face à tout ce qui se passe constamment, et qui, dans des conditions normales, ne peut être perçu à l’œil nu ni ressentie par le corps.

Science et spiritualité dans le monde physique

Un être humain produit en moyenne 100 watts au repos, et le cerveau est responsable de la production de dix fois plus d’énergie que la moyenne des tissus. Cent watts équivaut à une ampoule à incandescence puissante. Cela peut sembler beaucoup, ou choquant si vous vous êtes déjà brûlé les doigts avec une ampoule allumée depuis un certain temps. Tout comme une ampoule électrique, le corps humain émet cette énergie, dans le monde physique, sous forme de rayonnement électromagnétique pouvant être ressenti comme de la chaleur.

A l’instar d’une ampoule électrique, une partie beaucoup plus petite de cette énergie est émise sous forme de lumière visible. Les êtres humains émettent effectivement de la lumière. Nos yeux devraient être environ 10 000 fois plus sensibles pour la percevoir, mais elle est là, à tout moment, rayonnant dans toutes les directions.

Qu’est-ce que cela a à voir avec la pratique spirituelle? De nombreuses techniques de yoga et de méditation commencent à purifier les organes des sens et une augmentation significative de la sensibilité du corps peut accompagner cette purification. Devenir plus conscient de l’amour (chaleur) et de la lumière émanant d’autrui est une expérience profonde qui caractérise de nombreuses traditions. Dans ma compréhension spirituelle, ce ne sont que des manifestations de spanda – le monde scientifique les décrit simplement en différents termes. Spanda comprends beaucoup plus que la chaleur, la lumière ou la vibration, mais ces champs rayonnants proviennent de la même vibration essentielle.

Augmenter les limites de la perception

Lorsque les pratiquants commencent à s’ouvrir à la vérité, il devient plus facile de la percevoir chez les autres. Après la fin de nombreuses retraites à Hridaya, on peut noter une élévation de conscience chez les participants. À bien des égards, il s’agit d’une ouverture à l’amour ou d’une ouverture à la perception du spanda (la vibration originelle), mais elle coïncide aussi avec une sensibilité qui peut également être perçue par les cinq sens.

Dans le cadre d’une retraite de méditation silencieuse de 10 jours à Hridaya, il est possible de rediriger l’énergie normalement utilisée par la pensée névrotique et les conversations vulgaires pour s’ouvrir à un niveau de perception plus profond. Au cours de nombreuses retraites, j’ai souvent constaté que j’écoutais moins les mots anglais qui sont partagés dans les enseignements et que j’entends juste, dans mon cœur, l’amour sous-jacent qui flotte dans la voix de l’enseignant.

Après avoir jeûné ou terminé un régime Oshawa, le sens du goût peut être complètement ravivé. J’ai eu des expériences où je peux mordre dans un biscuit et ne pas goûter le biscuit mais goûter le beurre, le sucre et le chocolat distinctement. Il est également possible de commencer à goûter à l’Amour qui a été mis dans votre nourriture tout au long de son cycle de vie, par la pluie, la Terre et les personnes qui l’ont produit avant d’atteindre votre assiette.

Après une retraite solitaire, telle que la retraite de méditation de 49 jours de Prathyabhijna, la vibration essentielle sacrée du Spanda peut embrasser tout ce qui apparait dans notre Conscience. Même après avoir effectué des retraites solitaires plus courtes, j’ai pu percevoir en prenant des gens dans mes bras non seulement un contact physique ordinaire, mais également des vibrations énergétiques qui unissent et synchronisent deux personnes.

Une retraite dans le noir peut apporter une sensibilité encore plus profonde. Les vibrations dégagées par tous les êtres peuvent être ressenties à distance, sans aucune interaction physique. D’après mon expérience, la quantité de lumière dans les yeux des autres peut être extraordinaire et savoir qu’il est simplement le reflet de mon ouverture à voir l’essence de l’Amour est très réconfortant.

Beaucoup de gens pensent que la science et ces expériences sensorielles apparemment extraordinaires ne vont pas ensemble. Puisque l’amour ne peut pas être placé à un endroit quelconque du spectre électromagnétique, il est perçu comme étant en contradiction avec le raisonnement scientifique. Je crois que si la science progresse et continue d’affiner sa définition de la manière dont les choses existent et interagissent, elle convergera de plus en plus avec la compréhension de la vibration originelle, le Spanda.

Les enseignements spirituels nous disent que le monde physique n’est qu’une infime partie de la Conscience. Le spectre électromagnétique présente une gamme extrêmement large d’énergies «mesurables» en termes de longueurs d’ondes et de vibrations hautes et basses fréquences ― mais qu’en est-il en dehors de ces définitions? Au fur et à mesure que la physique moderne progresse, presque toutes les théories actuellement acceptées impliquent des concepts que les traditions spirituelles ont proposés depuis des milliers d’années.

La semaine prochaine, explorons certaines de ces idées et voyez comment elles se chevauchent de manière TRÈS basique!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.