C’est l’asana le plus simple du yoga. Il n’a pas l’air très important, vous n’avez pas besoin de faire beaucoup pour le faire, mais il peut produire des résultats étonnants.

Je parle de savasana, la «posture du cadavre» (que vous pouvez apprendre pendant la retraite de yoga hridaya module 1), la position idéale pour une relaxation profonde.
Il est facile à réaliser. Allongez-vous sur le dos, paumes des mains et pieds écartés. Mais est-ce tout ce qu’il y a à faire?

La simplicité apparente de savasana cache des avantages immenses et des subtilités. Il a des effets puissants à tous les niveaux, de la santé physique à la compréhension spirituelle.
Dans cet article nous allons explorer ces avantages et la signification plus profonde évoquée par savasana. J’espère que cela vous incitera à accorder plus d’attention à cette pose et à ressentir par vous-même tout ce qu’elle a à offrir.

Bienfaits physiques de savasana

Quand j’étais adolescente mon professeur de chant m’a dit un jour que les chiens sont plus intelligents que les humains. Pourquoi? Parce que quand les chiens n’ont rien à faire, ils se couchent. Quand les humains n’ont rien à faire, ils courent partout à la recherche de quelque chose à faire.

Il y a du vrai dans cela. Nos sociétés occidentales modernes sont construites sur une mentalité d’«accomplir des choses». C’est une croyance implicite profonde que si vous ne faites pas quelque chose à chaque instant, vous perdez votre temps.

Le stress est le principal facteur de maladie dans le monde développé moderne.

La liste des maladies liées au stress pourrait être longue: maladies cardiaques, diabète, asthme, obésité, cancer, sans oublier les maladies du 21ème siècle telles que le syndrome de fatigue surrénale.

savasana la pose du cadavre

L’activité constante déséquilibre le système nerveux et affecte tout le reste du corps. Le système nerveux humain a en réalité deux « réglages » complémentaires: le sympathique et le parasympathique.

Le système nerveux sympathique nous mets en mode « combat ou fuite ». Nous sommes en alerte, prêts à nous déplacer, à réagir et à apporter des changements.

Lorsque le système nerveux sympathique est activé, nous sommes prêts à nous fuir un tigre à dents de sabre. La respiration et le rythme cardiaque s’accélèrent, la pression artérielle augmente et le système digestif s’arrête.

Le système nerveux parasympathique, en revanche, est «repos et digestion». C’est un mode détendu dans lequel les signes vitaux ralentissent et où la digestion se met en marche. Le corps recueille son énergie et se concentre sur la guérison, le nettoyage et le renforcement.

Ces deux systèmes correspondent à peu près au yin et au yang dans la tradition chinoise, ou à la prédominance de l’ida ou du pingala nadi dans le yoga.

Le corps a une incroyable capacité à se soigner lui-même, mais s’il est déséquilibré, si nous ne lui donnons jamais la chance de passer à son mode de guérison, il ne pourra que mettre un pansement sur le problème.

Avec le temps, les résultats du stress s’accumuleront jusqu’à ce que le corps soit confronté à un gros problème – une maladie majeure ou une aggravation des symptômes juste avant une guérison – uniquement pour obtenir l’attention qu’il mérite.

La pratique du yoga en général vise à équilibrer la polarité énergétique du corps. Cependant, si je suis une occidentale motivée, axeé sur un objectif et obsédée par les résultats, il est évident que j’apporterai la même attitude dans le yoga. Je vais toujours repousser mes limites en essayant de faire mieux dans les asanas et de devenir meilleure en yoga.

Non seulement cela manque le but plus profond du yoga, mais cela ne fait que renforcer la même mentalité de stress, tout en surchargeant le système nerveux sympathique.

Savasana est le meilleur antidote. Il est impossible de «gagner» à savasana. Il n’ya aucun effort à faire, aucun progrès à réaliser.

Il apporte une plongée complète dans le système nerveux parasympathique. Cela nous permet de faire l’expérience, peut-être pour la première fois dans notre vie d’adulte, de ce que l’on ressent quand on se détend vraiment. En plongeant dans ce mode, le corps peut commencer à se revitaliser et à se rappeler comment se soigner.

Parce qu’il s’agit d’une relaxation systématique et consciente, il est bien plus efficace que de rester allongé sur le canapé et de décrocher.

Seulement 15 minutes de savasana chaque jour peuvent faire des merveilles pour de nombreux problèmes physiques. En particulier pour ceux qui sont directement liés au stress, comme l’hypertension artérielle ou l’insomnie, le fait de laisser le corps entrer en mode de guérison aidera à lutter contre toute maladie.

Avantages énergétiques

Le prana circule librement quand il y a de la détente. C’est en partie pour cette raison que nous essayons de nous détendre autant que possible dans chaque asana et de libérer tous les muscles qui n’ont pas besoin de tenir la posture.

classe de savasana

Dans savasana, où aucun muscle n’est nécessaire pour tenir la pose, l’énergie peut se déplacer et se développer dans tout le corps naturellement. Toutes les énergies avec lesquelles nous travaillions activement par le biais de la pratique des asanas peuvent s’approfondir et s’harmoniser dans un champ unifié. Les effets de la pratique s’impriment dans le corps subtil.

Ce flux libre de prana, combiné à la relaxation et à une prise de conscience holistique de tout le corps, crée une occasion unique d’aller au-delà du corps physique. Nous pouvons sentir les limites du corps se dissoudre dans un champ de conscience.

Dans cette expansion, savasana offre également une chance précieuse de ressentir le Spanda, le tremblement sacré du cœur.

Avantages mentaux et émotionnels

Comme je l’ai mentionné plus tôt, savasana est un moment propice pour intégrer les résultats de la pratique du yoga en se donnant le temps nécessaire pour que les idées et les changements s’empreignent dans le subconscient.

Ce processus est nécessaire si nous voulons une transformation durable. Peu importe combien nous comprenons intellectuellement, peu importe combien nous essayons de réparer les choses au niveau de la conscience, le seul moyen de changer notre réalité est de changer notre esprit à un niveau beaucoup plus profond.

Outre cela, tous les avantages pour le corps physique se répercutent également au niveau mental et émotionnel. Quelques minutes de relaxation totale chaque jour peuvent aider à soulager l’anxiété et la dépression et à créer de l’espace pour respirer dans une vie occupée.

Rappelez-vous que le corps stocke les souvenirs et les émotions dans sa structure physique, en particulier dans le système fascia. Lorsque nous pratiquons des asanas, de nombreuses tensions et énergies bloquées sont libérées. Savasana leur permet d’être libérés complètement. Assistez-y en témoin et laissez-les partir!

Savasana peut également améliorer votre méditation, en particulier si vous avez tendance à la somnolence. Habituellement, nous associons la relaxation au sommeil. Ensuite, nous essayons de nous détendre en méditant, et bien sûr, l’habitude s’installe et nous commençons à ronfler sur le coussin.

Dans savasana, nous apprenons à nous détendre tout en restant pleinement alertes, même en étant couchés. Cela aide à aller dans des états plus profonds tout en maintenant une grande clarté.

Révélations spirituelles

Savasana a plusieurs significations profondes et associations au sein de la tradition yogique.

Shiva et Shakti

Il y a un sanscrit qui dit que Shiva sans Shakti est un sava (śava), un cadavre.

Dans l’iconographie hindoue, il est courant de voir des formes de la déesse se tenir ou danser sur le corps incliné de Shiva.

Shiva Shakti Savasana

Shiva, le principe masculin, représente la conscience pure. C’est le vide qui, paradoxalement, constitue la base de toute réalité. L’espace dans lequel se déroule la danse de la vie.
Shakti, le principe féminin, est l’énergie universelle, l’énergie sacrée qui renvoie à sa source (Shiva).

Au cours de l’histoire, de nombreuses traditions spirituelles ne se sont intéressées qu’à l’aspect transcendant, et non à l’aspect immanent de la divinité. Le monde de la manifestation est rejeté comme étant maya, illusion impure, péché ou irrémédiablement brisé.

C’est un point de vue qui encourage la pratique spirituelle forcée, mais il est intrinsèquement dualiste. Il ne peut y avoir de non-dualité que lorsque nous reconnaissons toutes les manifestations – même les parties considérées comme laides – comme une expression de la Conscience Divine.

Dans le Shivaïsme du Cachemire, tradition tantrique non duel sans compromis, l’Ultime est souvent appelé Spanda (immobilité dynamique, la vibration primordiale de la conscience), Paramashiva ou Para Devi, le Suprême immanent et transcendant simultanément.

La conscience pure – sans le principe de l’énergie – est au-delà de toute action ou conditionnement du monde des formes.

Cette longue tangente nous amène au fait que savasana est censé mettre le pratiquant en contact avec ce principe transcendant.

C’est un asana qui nous encourage à aller au-delà de tout changement relatif. Il révèle le calme le plus profond, la dissolution de toutes les formes dans le Vide.

La Mort

En tant que « pose du cadavre », savasana amène naturellement le pratiquant à une contemplation de la mort.

Bien que cela puisse sembler sinistre au début, méditer sur la mort est en fait l’une des pratiques spirituelles les plus édifiantes et les plus motivantes, car elle nous rappelle ce qui est important dans la vie – et à quel point cette vie humaine est précieuse.

D’une certaine manière, toute la pratique spirituelle peut aussi être vue comme un processus de mort: la mort de l’ego.

Ironiquement, c’est seulement une fois que cette «mort» de l’égo s’est produite que nous pouvons nous réveiller à la vie telle qu’elle est réellement. Au-delà des parties de nous qui peuvent changer et mourir, ce que nous sommes réellement est toujours en vie et est la source de toute vie.

Ce processus peut donner l’impression de mourir parce qu’il exige que nous abandonnions tout ce avec quoi nous sommes identifiés, tout ce que nous pensons être.

Ce sentiment de mort ne vient pas seulement avant une grande réalisation. Cela peut se produire de façon modeste dans toute méditation, retraite ou à un moment où nous sommes sur le point de passer à une nouvelle étape de notre croissance spirituelle.

Si vous regardez bien, la mort est en réalité un aspect de chaque moment d’expérience. Rien ne dure éternellement, en réalité rien ne dure plus qu’un instant. Tout est en constante évolution. Les cellules de votre corps se décomposent et se reforment, les particules bougent, le temps passe.

L’univers est constamment en train de se dissoudre et de se reformer. Les anciennes formes disparaissent à peine ont-elles apparu.

Ce fait de l’impermanence subtile, comme l’appelle le bouddhisme, montre que la mort fait tout simplement partie de la vie. C’est une bénédiction. Cela permet le changement, l’évolution et la vie tout entière.

Le lâcher-prise

Enfin, savasana est une invitation à vivre l’un des éléments les plus importants de la pratique spirituelle, sinon le plus important: le laâcher-prise.
Dans savasana, il n’y a plus rien à faire. Aucun effort ne peut ou ne doit être fait (outre l’effort de rester éveillé!).

Nous ne pouvons qu’être immobiles et ouverts pour recevoir la grâce.

Cependant, il est significatif que cet asana ne vienne qu’à la fin d’une pratique de yoga, après de nombreux efforts!

C’est comme tirer une flèche avec un arc. Vous redressez la flèche, vous vous concentrez sur la cible, vous créez une tension puissante, puis vous relâchez. La flèche s’envole.

Si vous ne montez pas la tension, ou si vous ne relâchez pas la corde à la fin, la flèche n’arrivera jamais à la cible.

Le lâcher-prise ne veut pas dire ne rien faire. Cela signifie faire tout ce que vous pouvez, comme si votre vie en dépendait, mais en réalisant que finalement, vous ne pouvez rien faire. Vos efforts ne font que vous amener au point où vous pouvez voir que vous – le «vous» que vous pensez être – n’est pas celui qui décide de quoi que ce soit.

Vous ne pouvez pas rendre l’eau plus humide qu’elle ne l’est. Vous pouvez simplement construire une meilleure tasse pour la contenir.

Dernières réflexions

Savasana est trop facilement négligé. Je sais que de nombreux yogis – et j’en suis certainement coupable – l’ignorent dans leur propre pratique. Lorsque vous manquez de temps, cela peut sembler une perte de précieuses minutes. Faire de la méditation ou du pranayama, c’est beaucoup plus amusant et clinquant.

Cependant, je pense que c’est une erreur à long terme. Savasana apporte des avantages incroyables à tous les niveaux et constitue le moyen idéal pour compléter une pratique de yoga.

Bien sûr, pour aller plus profondément dans savasana, il est important de le faire avec conscience. Essayez de rester alerte et éveillé tout le temps, comme dans une méditation assise. Effectuez une relaxation systématique en déplaçant progressivement votre conscience dans tout votre corps.

Pas encore convaincu? Engagez-vous à faire savasana pendant 10 minutes avec une relaxation consciente (15 minutes c’est mieux, si vous le pouvez) dans le cadre de votre pratique quotidienne pendant une semaine. Voyez par vous-même ce que cette pratique simple mais puissante peut faire.

Par Natasha Friedman

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.