Qu’est-ce que le Centre Cœur ?

La Caverne du Cœur

Un Portail vers le Divin

De manière générale, avoir conscience de la région de la poitrine est une pratique simple et directe. C’est un élément très présent dans le soufisme, le christianisme et le judaïsme.


Qu’est ce que
 le Centre Cœur ? Le Centre Cœur est un portail  « sui generis » situé dans la zone de la poitrine.

Tel que Ramana Maharshi l’indiquait, « L’atome divin du Soi se trouve dans la partie droite du cœur, à environ une distance de la largeur du doigt à partir de la ligne médiane du corps. »

« Ici repose le Cœur, le Cœur Spirituel dynamique. Il est appelé Hridaya. Il est situé sur le côté droit de la poitrine et est clairement visible à l’œil intérieur d’une personne ouverte à cette pratique. Grâce à la pratique de la méditation, il est possible de trouver le Soi dans la caverne de ce Cœur. » 

On peut retrouver des affirmations similaires à propos de l’existence de ce « portail » spirituel dans les Sita Upanishad, Maha Narayana Upanishad et Ashtanga Hridaya (un texte ayurvédique qui l’identifie comme « Ojasa Stana » ou «conscience auto-lumineuse»). Ainsi, Ramana n’est pas à l’origine de cet enseignement du Cœur Spirituel. L’argument principal de Ramana n’est pas théorique, mais expérientiel. Il se remémorait avoir expérimenté, pendant ses études à Madurai, la Vibration sacrée du Cœur, spanda (sphurana), qu’il décrivit comme un sentiment continu de conscience de la conscience elle-même (ou le « je-je », comme il avait l’habitude de l’appeler).

Yogi Bhajan décrit le Centre Cœur de manière similaire:

« Notre corps est doté d’un centre dans lequel la sensation de cette Conscience Toute-Puissante est ressentie. C’est là où nous pointons quand nous disons « je ». Ce centre est le Cœur Spirituel, qui est aussi appelé Hridaya. Hridaya n’est pas un des 7 centres psychiques (chakras) ; il est plutôt situé dans une portion représentant le 1/8ème du cœur physique se situant à droite du sternum. Il est également connu comme le stimulateur cardiaque ou le synode du cœur, car il fournit l’impulsion qui se traduit par le battement du cœur. »  (Kundalini Mata Shakti)

Le Centre Cœur n’est pas Anahata Chakra. Selon la tradition tantrique, anahata chakra, le chakra du cœur, est un niveau ou une dimension importante de notre être et de toute la manifestation. Mais, le Cœur est plus que cela: ce n’est pas seulement un niveau, c’est le tout. Le Centre Cœur nous ouvre à la dimension infinie du Cœur Spirituel.


La dimension infinie du Cœur Spirituel

Ramana a enseigné que le fait de se concentrer sur le Centre Cœur n’est qu’une démarche relative. C’est une technique valide seulement tant que nous nous identifions au corps physique. Nous devrions comprendre le Cœur comme la Réalité omniprésente. Par conséquent, toutes  descriptions ne sont que des concepts mentaux. Cette révélation est nommée Dahara Vidya ou « Connaissance du Cœur ».

Ramana a par ailleurs clarifié l’importance du Cœur :

« Le Cœur est le centre du Soi et le Soi est le centre des centres. »

« Tout comme la force subtile de l’électricité qui se déplace à travers les fils et fait beaucoup de choses merveilleuses, le Cœur Spirituel permet aux sens de recevoir toute leur sensibilité. »

Le Cœur est illimité et, parce qu’il n’a pas de forme, il peut contenir la totalité.

Il est important de noter que la relation de quelque chose d’infini Atman, le Soi Divin, à quelque chose de fini, tel que le corps physique ou un point sur/dans le corps physique, ne peut être qu’une entreprise relative.

Ramana a déclaré que la conscience de l’Infini ne peut pas être localisée à un certain endroit du corps et que dans l’état d’expansion divine, de plongée dans l’océan divin de la Conscience, on ne peut plus parler de tête, de bras, de corps, ou d’autres régions.

« Je vous demande de voir où le « je » se s’éveille dans votre corps, mais ce n’est pas tout à fait correct de dire que le « je » s’éveille à partir et se fond dans le Cœur à droite du sternum. Le Cœur est un autre mot pour nommer la réalité et cela n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur du corps. Il ne peut y avoir ni dedans ni dehors car cela existe bel et bien en tant que tel. »

« Le Cœur n’est pas physique. La méditation ne devrait pas être à droite ou à gauche. La méditation devrait être sur le Soi. Tout le monde dit « je suis », mais qui est ce « Je » ? Cela n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur, ni à droite ni à gauche. « Je suis » – c’est tout. Laisse tranquille l’idée de droite et de gauche. Ils appartiennent au corps. Le Cœur est le Soi. Réalise-le et alors tu verras par toi-même. Il n’y a pas besoin de savoir où et ce qu’est le Cœur. Il fera son travail si tu t’engages dans la quête du Soi. »

Cependant, Ramana dit qu’au moment de retourner à la conscience du corps physique, quand nous reprenons conscience de notre corps physique, il y a une mémoire qui dure plus longtemps et qui semble être connectée à la zone du cœur physique, au milieu de la poitrine, légèrement vers la droite. Cette Infinité Divine peut facilement être retrouvée en ramenant la conscience sur le Centre Cœur. Les mystiques chrétiens parlent aussi de faire descendre l’esprit dans le Cœur.

La pratique spirituelle recommandée par Ramana Maharshi

Ce sentiment pur de « je suis » – au moins au début de la pratique, avec le milieu de la poitrine, légèrement sur la droite – a un rôle privilégié dans la révélation de qui nous sommes réellement. Si nous acceptons cette idée, alors, comme Ramana l’a noté, il s’ensuit logiquement que c’est l’aspect principal sur lequel notre esprit devrait se poser pendant la concentration et la méditation, ainsi que dans notre vie quotidienne.


Où devrait se situer la place naturelle de la Conscience Témoin?

Bien sûr, la Conscience Témoin ne se limite pas au corps physique ou à une partie de celui-ci. La Conscience Témoin n’est pas l’esprit ou un produit de l’esprit, mais l’immensité, la conscience radieuse du Cœur Spirituel (qui peut être associée à la région de la poitrine, du moins au début de la méditation, alors que nous sommes encore identifiés au corps physique).

Placer le siège de la Conscience Témoin dans le cerveau est une attitude stérile. Le témoin ultime n’est pas l’esprit ou une pensée particulière. Dans notre esprit, nous pouvons imaginer un témoin de nos pensées et ensuite nous pouvons facilement imaginer un autre témoin de ce premier témoin de la pensée – ce serait le témoin du témoin, puis un témoin du témoin du témoin et ainsi de suite … L’esprit peut jouer le jeu du témoin à l’infini.

Ce n’est que si nous associons la Conscience Témoin avec le Centre Cœur, avec ce lieu d’intimité profonde – de l’intuition de qui nous sommes, que nous pouvons réaliser la présence du Témoin ultime.

Nous le soulignons à nouveau, il ne s’agit pas de se concentrer uniquement sur un point dans la poitrine, mais bien sur une attitude de reddition, de « rentrer à la maison ».

Cette question ne doit pas être discutée théoriquement par l’esprit. Ceci est révélé dans la méditation.


Le sentiment de Vérité
 

La conscience du Centre Cœur apporte une évidence intuitive, un sentiment de Vérité, d’Amour.

Il apporte un accomplissement naturel, une floraison d’amour, d’harmonie, le sentiment d’être parfaitement en harmonie avec le Tout.

L’ouverture de l’âme, les sentiments de liberté, de joie, d’amour sont des expressions naturelles de la conscience du Centre Cœur.

Il y a une liberté et un bonheur inhérents à la conscience du Centre Cœur. C’est un moyen simple de nous adapter à la dimension infinie de notre être.

Ainsi, la souffrance diminue et la conscience de la beauté et la splendeur de la vie s’élargissent.

Plonger dans le Centre Cœur, en utilisant les recommandations de Ramana, nous aide à dépasser le sentimentalisme, les émotions individuelles et les attachements. C’est un premier pas important dans la révélation de notre nature divine.

« Le Cœur est le centre du Soi et le Soi et le centre des centres. »

– Ramana Maharshi