Hridaya Yoga considère qu’il ne faut pas avoir peur des ténèbres et des abysses, car ce que nous sommes vraiment est également l’essence même des ténèbres et de la lumière. Il n’y a pas de tendance animale au plus profond de notre être. Même si cela peut ne pas paraître ainsi pour beaucoup de gens, le nirvana est ici et le Soi Suprême, la conscience, en est l’arrière-plan. Parfois, les ténèbres de l’angoisse ou du désespoir, de la peur ou de la mort peuvent révéler instantanément une conscience pure, une félicité non conceptuelle. Et cela parce qu’il y a un saut quantique entre ce qui semble être le bas et le haut.

Les ténèbres indiquent également l’acte ultime de l’unification, du mariage mystique. L’abysse s’étends aussi bien dans l’infini du ciel que dans les profondeurs de la terre.

Dans la Bhagavad Gita, c’est l’immortel, Krishna, qui est «sombre», tandis qu’Arjuna, le mortel, est «blanc» (ils sont des symboles du Soi Suprême et de l’ego individuel).

Kaya Kalpa

En Inde, les retraites de méditation dans le noir sont généralement appelées retraites de Kaya Kalpa. Le terme kaya signifie «corps» et kalpa, «sans âge» ou «immortel». Kaya Kalpa signifie littéralement «corps sans âge» (ou «modelage du corps»).

Kaya Kalpa est un traitement ayurvédique pour rajeunir le corps, appelant à l’isolement dans l’obscurité, à la méditation et à l’application de diverses préparations à base de plantes. Cela peut même être considéré comme une forme de yoga et la médecine ayurvédique a été développée dans le sud de l’Inde à peu près au même moment que le Hatha Yoga.

Kaya Kalpa a trois objectifs principaux:

  1. Ralentir le processus de vieillissement
  2. Maintenir une excellente santé physique et une vitalité juvénile
  3. Retarder la mort physique jusqu’à ce que l’on atteigne le jiva-mukta ou la libération spirituelle (des effets du karma)

Parce que dans le Hridaya Yoga (comme dans le Jnana Yoga, en général), le but principal n’est pas le rajeunissement du corps physique, mais la compréhension directe que nous ne sommes pas seulement le corps physique, nous ne l’appelons pas Kaya Kalpa, mais une Retraite dans le Noir, comme le nomme le dzogchen tibétain.

L’approche taoïste

Bien sûr, même si ce n’est pas notre objectif, le rajeunissement du corps physique au cours d’une telle retraite se fait naturellement. Pour cette raison, nous allons mentionner certains des effets physiques et psychiques qui peuvent apparaitre en restant pendant des périodes prolongées dans l’obscurité et qui sont en relation avec la chimie du cerveau.

Selon Mantak Chia (dans le livre Darkness Technology):
«Les retraites de méditation dans le noir actualisent des états de conscience divine de plus en plus élevés, en corrélation avec la synthèse et l’accumulation de substances chimiques psychédéliques dans le cerveau. La mélatonine, une hormone régulatrice, calme le corps et l’esprit en préparation aux réalités plus subtiles de la conscience (jours 1 à 3). La pinoline, qui affecte les neuro-émetteurs du cerveau, permet l’émergence de visions et d’états de rêve dans notre conscience (jours 3 à 5). Finalement, le cerveau synthétise les «molécules de l’Esprit», la 5-méthoxy-diméthyltryptamine (5-MeO-DMT) et la diméthyltryptamine (DMT), facilitant les expériences transcendantales d’amour et de compassion universels (jours 6 à 12).

La mélatonine, la «molécule du sommeil», est produite dans la glande pinéale en réponse à l’obscurité de la nuit et aux rythmes circadiens de la lumière et de l’obscurité qui sont programmés dans l’hypothalamus, une glande endocrine située au plus profond du cerveau. La mélatonine affecte les systèmes organiques majeurs, apaise le système nerveux sympathique et permet le rajeunissement quotidien de l’esprit et du corps.

Dans une chambre noire, la mélatonine s’accumule progressivement dans le cerveau.»

Soma – L’énergie régénératrice de l’Obscurité

Les yogis ont associé le fluide de la vie éternelle, le soma, à l’énergie de la lune, une énergie vitale essentielle qui charge l’être humain pendant la nuit et qui est « brûlée » par le soleil intérieur (cette combustion fournit l’énergie manifestée pendant la veille, dans les différentes actions quotidiennes). Dans les retraites dans le noir, le jour est le symbole de tous les dualismes et du domaine personnel d’action, de l’énergie dispersante, tandis que la nuit est le symbole de l’éternité, de la contemplation, de la régénération et du centrage sur soi.

La Nuit Obscure de l’Esprit et la Tradition Mystique

Dans la théologie mystique, l’Obscurité ou la Nuit est le symbole de la tradition spirituelle apophatique. C’est le «Neti Neti» des Upanishads. C’est la disparition de toute connaissance qui peut être définie, analysée ou exprimée. De plus, l’Obscurité signifie l’état d’être privé de toute preuve et de tout soutien psychologique. La nuit suggère un «vide» ou une «nudité» qui purifie l’esprit, éliminant la «sécheresse» ou l ‘«aridité» de la pensée rationnelle, apportant des aspirations sacrées, des émotions sensuelles et même les aspirations spirituelles les plus élevées.

Privé de lumière, l’individu est dépossédé de tout. C’est la soi-disant doctrine du privato boni. Les souvenirs ne peuvent pas nous aider à saisir la situation actuelle. On dit que l’individu est dans le nuage de l’inconnu. Saint Dionysius l’a qualifié de ténèbres divines, le nigredo des alchimistes.

La perspective alchimique

La retraite dans le noir a ses correspondances significatives dans le travail alchimique.

Le «travail» alchimique a commencé avec Nigredo, ou la noirceur. Cette première phase de l’alchimie signifie la putréfaction ou la décomposition. Dans un premier temps, sur la voie menant à la pierre philosophale, tous les ingrédients alchimiques devaient être nettoyés et cuits à fond pour former une matière noire uniforme. C’est une mort et un retour au chaos sans forme, menant à la phase blanche et finalement au Rubedo, la phase rouge de la liberté spirituelle. L’Albédo est littéralement appelé «ablution» ou «élimination des impuretés» par l’aqua vitae (l’eau de la vie).

Le voyage dans les ténèbres n’est pas simplement une première étape, mais c’est l’essence même du travail spirituel alchimique, car sans lui, l’individu ne restera qu’au niveau superficiel de la pensée rationnelle et de l’existence sociale, dominée par des dogmes. Il y a un important adagio alchimique:

Visita Interiora Terrae Rectificando Occultum Lapidem («Visitez l’intérieur de la terre; rectifiez ce que vous y trouvez et vous découvrirez la pierre cachée».) Pour décrire la «descente dans les ténèbres», résumée par le mot «vitriol», l’alchimie a conservé des symboles très anciens.

L’individu (en réalité seulement sa personnalité) qui descend dans sa nature originelle subira une grande perte. Il doit abandonner toutes ses anciennes valeurs morales, sociales et spirituelles. Ainsi, il s’ouvrira à un ordre différent, plus en harmonie avec l’harmonie du tout.

C’est ce qui se passe dans une retraite dans le noir.

La Retraite dans le Noir – La perspective de Hridaya

Pas de «mémoire en mémoire»

Etre pleinement conscient dans une retraite sombre, c’est comme devenir conscient dans la «nuit» ou «l’oubli» du sommeil profond. Dans le livre I am That, Nisargadatta Maharaj explique le fait que même dans le sommeil profond le Connaisseur (le Témoin suprême) est présent:

«Q: Dans le sommeil, il n’y a ni le connu, ni le connaissant. Qu’est-ce qui garde le corps sensible et réceptif?

M: Vous ne pouvez sûrement pas dire que le Connaisseur était absent. L’expérience des choses et des pensées n’était pas là, c’est tout. Mais l’absence d’expérience est aussi expérience. C’est comme entrer dans une pièce sombre et dire: «Je ne vois rien». Un homme aveugle de naissance ne sait pas ce que l’obscurité signifie. De même, seul le Connaisseur sait qu’il ne sait pas. Le sommeil n’est qu’un moment d’oubli dans la mémoire. La vie continue.»

Dans une retraite dans le noir, comme dans le sommeil profond, tout le monde objectif disparaît. Mais, il reste le Témoin « entouré » par le néant. Nous sommes conscients de ce néant et finalement, dans ce Néant, le Témoin se révèle comme la nature même de celui-ci. Ensuite, le Néant est toujours Rien, mais le Néant n’a plus aucune signification, ou n’est plus qu’un oubli dans la mémoire, mais la Pleine Conscience, le Témoin.

Osho apporte également des informations sur l’Obscurité et sur la nécessité de s’y soumettre. Il parle de «ténèbres négatives», un concept qui décrit la «partie sombre de notre être» (les peurs associées à notre monde subconscient), tandis que la «véritable obscurité» est transcendantale, apportant nirodha parinama, une transformation profonde de notre subconscient.

Parlant de la supériorité des ténèbres par rapport à la lumière, il insiste sur le symbolisme relatif de la lumière mondaine. (Comme les ténèbres absolues, la lumière absolue peut être un symbole de transcendance. Dans le Suprême, il n’y a pas de différence entre les ténèbres et la lumière. C’est à la fois les ténèbres et la lumière.)

«Pourquoi Dieu a-t-il été symbolisé partout comme la lumière? Non pas parce que Dieu est lumière, mais parce que l’homme a peur des ténèbres. C’est la peur humaine – nous aimons la lumière et nous avons peur des ténèbres, nous ne pouvons donc pas concevoir Dieu comme les ténèbres. C’est la conception humaine. Nous concevons Dieu comme la lumière parce que nous avons peur des ténèbres.»

«Si vous pouvez aimer les ténèbres, vous ne craindrez pas la mort. Si vous pouvez entrer dans les ténèbres – et vous ne pouvez y entrer que quand il n’y a pas de peur – vous obtiendrez une relaxation totale. Si vous pouvez devenir un avec les ténèbres, vous êtes dissous, c’est une reddition. Maintenant, il n’y a pas de peur, car si vous êtes devenu un avec les ténèbres, vous êtes devenu un avec la mort. Vous ne pouvez pas mourir maintenant. Vous êtes devenu immortel.»

« Il faut donc d’abord une profonde amitié avec les ténèbres.»

«Faites donc une chose comme étape préliminaire: asseyez-vous dans l’obscurité, éteignez les lumières, ressentez l’obscurité. Ayez une attitude aimante envers elle; permettez à l’obscurité de vous toucher. Regardez-la. Ouvrez vos yeux dans une chambre noire ou dans une nuit sombre, ayez une communion, soyez ensemble, imbibez-vous de cette relation.»

«Découvrez d’abord vos peurs inconscientes et essayez de vivre et d’aimer les ténèbres. C’est très extatique. Une fois que vous connaissez cela et que vous êtes en contact avec elles, vous êtes en contact avec un phénomène cosmique très profond.»

«Les limites existent à cause de la lumière. Quand la lumière n’est pas là, les frontières sont dissoutes. Dans le noir, rien n’est défini, tout se confond avec tout. Les formes disparaissent.»

«Contempler, méditer, fusionner… Les ténèbres enlèvent toutes les distinctions. À la lumière, vous êtes beau ou laid, riche ou pauvre. La lumière vous donne une personnalité, une distinction – instruit, non éduqué, saint ou pécheur. La lumière vous révèle en tant que personne distincte. Les ténèbres vous enveloppent, vous acceptent – pas en tant que personne distincte – elles vous acceptent simplement sans aucune définition. Vous êtes enveloppé et vous devenez un.»

«Quand l’obscurité vous pénètre, vous la pénétrez. C’est toujours réciproque, mutuel.»

(Osho – Le livre des secrets)

Éléments pratiques

Méthode

Pendant une retraite dans le noir, nous pouvons faire des méditations avec les yeux ouverts et d’autres avec les yeux fermés. Nous devrions constamment garder la conscience de témoin, posant la question «Qui suis-je?». Ici, il est encore plus important de ne pas dramatiser ou de se laisser emporter par les images qui peuvent apparaitre. De cette manière, nous développons la capacité d’observer toute pensée, sensation ou émotion pouvant apparaître. L’attention est portée sur l’obscurité en tant qu’expression de l’absolu.

Traditionnellement, les retraites de méditation dans le noir étaient effectuées par des pratiquants avancés dans les lignées Dzogchen du bouddhisme tibétain, et la période variait de quelques heures à plusieurs décennies. Certains moines tibétains recommandent une retraite sombre de 49 jours. Cette période n’était recommandée qu’aux praticiens avancés, car une telle retraite nécessite une stabilité à l’état naturel.

Des historiens suggèrent que les anciens Egyptiens et Mayas pratiquaient aussi une forme de retraite sombre, d’une durée traditionnelle de 10 jours. Les hommes saints entreraient au centre de leurs pyramides respectives, complètement à l’abri de la lumière et du son. Les catacombes et le réseau souterrain de tunnels des premiers chrétiens à Rome et dans de nombreux autres lieux, tels que les pyramides égyptiennes et les grottes des Esséniens près de la mer Morte en Israël, auraient peut-être également servi de lieux de retraite dans le noir. Dans la tradition taoïste, la grotte, la montagne immortelle, le Wu San, représente la Chambre de l’Alchimie Intérieure Parfaite. Le Tao dit: « Quand vous allez dans le noir et que cela devient total, l’obscurité se transforme rapidement en lumière. » (Mantak Chia)

Au début, nous ne recommandons pas les retraites de méditation dans le noir de plus de 7 jours.

Le trou noir psychologique

De cette façon, notre propre subconscient est déchargé, de la même manière que les impressions actives et passives (le résidu psychologique, samskara), sont déchargées sous forme de rêves pendant la nuit

Apparemment, de manière paradoxale, ces Pures Ténèbres absorberont nombre de nos tendances obscures, de nos «ténèbres psychologiques» et de nos peurs découlant de notre manque de conscience.

De la même manière que les trous noirs absorbent d’énormes quantités de matière, dans le domaine psychologique, l’obscurité de la transcendance peut absorber nos émotions personnelles limitées et nos résidus psychiques.

Recommandations

Il serait bon de dormir suffisamment dans les jours précédant une retraite sombre. Généralement, les gens commençant une telle retraite dorment beaucoup dans les premiers jours de la retraite. Il n’y a rien de mal à cela: c’est un processus naturel qui accompagne la relaxation et l’entrée dans une nouvelle phase en harmonie avec les rythmes universels de la nature. Mais ils serait bon d’avoir également de longues séances de méditation.

Le programme de la retraite pourrait être semblable à celui d’une retraite de méditation silencieuse à Hridaya. Cela n’est qu’un conseil, car il est très important de se libérer de l’idée d’un calendrier très strict (qui concerne l’hémisphère gauche, rationnel et cérébral; une retraite dans le noir devrait développer l’attitude intuitive associée à l’hémisphère cérébral droit).

La conscience augmentera et il n’y a pas besoin d’avoir peur de l’ennui. Nous nous rendrons compte que l’ennui est un concept très relatif, car il est lié au désir et à la soif de stimulation. La relaxation profonde et la prise de conscience éliminent progressivement ce besoin constant de stimulation. Dans le calme de la pièce sombre, «le besoin» de lire, de regarder la télévision, de travailler à un ordinateur ou de bavarder avec des amis s’efface progressivement, plus le calme des tendances subconscientes s’établit.

La pratique du Hatha Yoga est recommandée, mais il est préférable d’être dans le style de yoga Hridaya et d’éviter toute attitude forcée.

En conservant l’attitude du témoin, les schémas de notre esprit peuvent être objectivés beaucoup plus facilement. Ainsi, l’esprit peut être facilement transcendé. La conscience du Cœur Spirituel devient plus aiguë et révèle de nouvelles profondeurs.

Pendant la retraite, différentes images et visions peuvent apparaître. Même si elles semblent fascinantes ou sacrées, nous devrions garder la conscience de la conscience, en demandant « Qui suis-je? » Et « Qui est le témoin de toutes ces visions? »

Intéressé?

Lisez ici un article inspirant et instructif sur une expérience de 40 jours de retraite de méditation dans l’obscurité totale.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.